Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/242

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Je nel quitasse, qil moi volist jurer,
2640« Che toi laissas de tiel cose blasmer.
« Se je tel di, ne t’en dois corocer,
« Ch’en vis de toi m’ais hoi fet vergogner.

CIX[1]

— Par Machomet », Feragu le escrie,
« Rollant, por ce ne descendra je mie.
2645« Mout is pensé d’une grant glotonie ;
« Chi te creroit feroit grant estoltie.
« Par quoi ais donque gerpi le var d’Ongrie
« Et is desis, stu sais pont d’escremie ?
« Le peoner, quant seit de maiestrie,
2650« Ne s’adelete bien en chevalerie.
« Mais, par Machon, tu l’avrais bien falie
« Ch’en tiel mainere te face compagnie. »
Le duc l’oï ne puet müer ne rie,
52 aE pués respont : « En non sainte Marie,
2655« Fa ton peor en çaschune partie,
« Car ou droit moi, se Diex me benedie,
« En totes guises, afors que felonie,
« Porcacerai con tu perdes la vie. »
Feragu jure a la Machomarie :
2660« Se je te pués avoir en ma bailie,
« Mout car ert chier la parole merie. »
Lor leit aler le vor de Barbarie,
Vers le niés Carles s’an vient por grant ahitie ;
Brandisant vient la bone spee forbie.
2665Rollant le voit, or le seit il qu’el die ;
De lui atendre li sanble grant folie

    — 2642 Chenius

  1. — 2644 poce ne — 2646 ostoltie — 2647 dona ne gerpi — 2648 desist stu sui — 2649 Le pecuer — 2653 m. uerie — 2654 e non de scẽ marie — 2661 chiere la parola metie — 2664 le boue.