Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/238

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

L’espee treit, ample e desmesuree ;
De long avoit une stragrant toisee.
2530Le roi Marsille la lui avoit livree ;
Par hon do segle ne poroit estre ovree,
Fors par celui qe ci l’avoit portee.
Enchué sera sor Rollant esaiee.

CV[1]

Feragu sist sor le voir de Tutelle,
2535L’espee tient longe, trençant e belle,
Rollant en fert sor l’iaume qu’estancelle,
Que flors e pires deront e desaielle ;
Stordir le fist, a pué q’il ne cançelle.
Le brant devalle, qe l’escu escartelle,
2540Do blans obers ne detrença clavelle ;
50 aLe colp avalle trosqu’en l’erbe novelle.
Rollant escrie : « Aïe ! sancte Ancelle,
« Par cil salu qu’avis dedans ta celle. »
E Feragu li contraire et apelle :
2545« Rollant, Rollant, le reigne de Castelle
« Vos fait sentir de ma spie l’amelle ;
« Anz qe soiés asis ensor l’arcelle
« Ne que portez corone ne verçelle,
« Vos veroit mort Audein la dameiselle ;
2550« Jameis de vos n’avra frut soz mamelle. »

CVI[2]

Honte e vergoigne ot Rollant a ce punt ;
Celui entant, que sa mort lui despont.

    — 2528 desmesure — 2529 sagrant ; dans toisee, les trois premières lettres sont de B — 2530 la lauoit liure — 2531 oure

  1. — 2536 lia unie que scancçelle — 2541 lerbẽ — 2546 Vois — 2547 en manque
  2. — 2552 etant.