Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/237

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

2500Si che del cobre a forbi le moncel ;
Pués done un saut a travers un vaucel
E pués escrie : « Ai ! angle Michael,
« Che deschaças jus de ciel Lucibel
« Che contre Diex avoit pris mal conscel,
2505« Enchué me soies mon escu e mantel
« Vers cist grant colp que part de manganel,
« Car n’eisent mie fors de poing de toisel. »

CIV[1]

Le duc Rollant par mout grant aïree
Vers Feragu s’an vient de randonee ;
2510L’eschu davant, tient l’espee entesee.
« Dan glot », fet il, « tiele m’avois donee
« Ch’ains en ma vie ne reçui tiel colee ;
« De duel moroie se ne fust comparee.
« Pués que n’aveç do tinel la ponnee,
2515« Vos Diex ne vos n’i pris une deree. »
Ferir le cort d’une trençant espee ;
Encontre l’iaume l’a lo baron gitee,
N’i arivast por l’or d’une contree :
De l’eschu trançe tot une grant bandee
2520E de l’aubers a la maile fausee,
49 bO le ganbaus la camise a trenchee,
Mais cele cars, que estot encantee,
Ne peut trenchier, mais mout l’en a frapee.
Le colp devale sor la sele doree,
2525Devant la chuse l’a tote escaintellee ;
Li chival crient, s’a la teste levee
E le Paiens i a la rene livree ;

    — 2506 Veis

  1. — 2508 aire — 2509 randone — 2510 espe — 2511 fit il til le — 2512 reçuit — 2515 ui pris una d. — 2316 spee — 2518 anuast — 2519 laschu, grande — 2521 trenche — 2523 a manque — 2524 dore — 2525 esaintelle — 2527 liure.