Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/231

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

2325« Encor tient il a dos mans son perchant
« De quoi el fist le filz Milon d’Anglant
« Anjenoiler devant lui leidamant.
« Diés le garise ! mout lui vient malemant ;
« Penduz serois se il en est perdant. »
2330Dist Oliver : « Molt nos vais confortant ;
« Anch de maudir un jor ne fust taisant. »
Le quens Gerard respont ireamant :
« Se ne fusez, dam Hestous, mon parant,
« Mar eüsez, par sant Per, pleidé tant. »
2335Dit le Donois : « Par Diex le roiamant,
« Se je avoie mie spee trençant,
« Le cors me dit qe il iroit autremant ;
« Encor su jé d’ire caut e boilant
« Par la rampoigne dun je sui remembrant ;
2340« Venjerai moi, se je vif longemant,
« E bien poroie jurer por sagramant
« Plus coars home ne leit ne maudisant
« Ne sai de vos de ci en Bonivant.
« Queil, voir diable, alé vos divinant ?
2345« A vos qe feit se Feragu nos pant,
« Qe vos meïme apendrois ensemant ?
« Vos glotonies ne vos valdront un gant. »
Hestous l’oï, de grant ire s’esprant ;
Greignor ne l’oit a jor de son vivant.

XCIX[1]

235046 bHestous parole, cui sorprant greu heror :
« Ogier, Ogier, li grant e li menor
« Ne parlent d’autre mais que de ton valor,
« Des grans proeces que fais de jor en jor ;

    — 2325 porchant ; cf. le vers 1478 — 2328 le gause mout vient lui — 2332 gerad — 2334 ensez — 2338 siue dire cant — 2341 iuier — 2342 coras home nel eit — 2349 alior

  1. — 2353 ioi en ior.