Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/230

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

2295Si dur non est com est la cars celu ;
Quant le bon brand ne l’empire un festu,
Soz ciel n’a arme que l’eüst ofendu.
45 bDe ce n’est anch dam Rollant aveü,
Anç done un saut devers un poi erbu.
2300Carles le garde, paoros e irescu.
« Diex ! », dist le roi, « mon neveu ai perdu. »
Lors li faut l’ame ; ja chaïst estendu,
Quant Naymes l’a en si bras retenu.

XCVIII[1]

En l’ost furent paüreus les auquant,
2305A grant mervoile se dotent qe Rollant
Ne soit oucis, vencus ne recreant.
Ai ! com furent les presoners en grant !
Par ces fenestres alerent larmoiant,
Sovant garderent la bataille adolant.
2310S’il ont paor e dolors e gaumant,
Hestous de Lengres lor en feit quatre tant,
Qe lor a dit : « Or a je mon talant :
« Cels c’aloient tote gient manaçant
« Et en paroles cist segle conquirant
2315« Or ont trové ce q’il vont demandant,
« Or ont il prise Espaigne e Navarant.
« Belle senblance, par le mien esciant,
46 a« En avront fete en le començamant !
« Bien le vos dist Gales o parlamant
2320« Che cels d’Espaigne ne voldront por niant
« Gerpir lor teres s’il ne sevront comant ;
« Un tot seul home en a bien feit senblant.
« Veez Feragu ; ancor est il vivant,
« Encor est il desor son auferant,

    — 2295 celui — 2297 q̃ ielist — 2300 paores & i. — 2301 neueu su perdu

  1. — 2310 out — 2316 enomuant — 2317 mein.