Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/225

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Pués monta sor le voir che onist e brait e scrie ;
Aprés dist tiel parole che fu grant cortesie.

XCIII[1]

Feragu parle reisons franche et honeste :
42 b« Seignors », dist il, « avegne ch’en puet estre,
2155« Combatre vois vers la greignor poeste,
« Vers le plus fort, plus fier e plus robestre
« Che mais naquist de Cristiane jeste.
« Enchué seront dos grans lions campestre
« Le un vers l’autre cescuns por feir conqueste.
2160« Se sui vencus, la virité est ceste :
« La loi païne remant en grant moleste
« E tote Espaigne revertra en foreste.
« Mais se Machon cun la vertu celestre
« Me done a vancre, com cors me manifeste,
2165« Nul oiselons, quant a treit la balestre,
« Si tost non drece son voul vers la silvestre
« Con fara Carles vers son païs la teste.
« Pués che me vois a metre en tiel enqueste,
« Nisun de vos, joune hom ni ancestre,
2170« Por moi eider facent de ci moveste.
« E cil prisons, que je voi a fenestre,
« Bien li gardez, char se nus en senestre,
« Par Machomet, milz vos fusent a nestre. »

XCIV[2]

43 aDist Norbredas : « De ce n’avoer dotance.
2175« Des prisoners se nus t’an desavance,
« Sor moi t’an torne e de moi fais venjance.

  1. — 2159 conquestre — 2159 fier — 2160 cestre — 2162 reuetra — 2168 enquestre — 2169 Nisoit, antestre — 2170 monestre
  2. — 2176 de mois.