Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/223

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XC[1]

2100Molt ama son segnor Teris de bon coraje ;
Par lui plore des oil, s’an moile son visaje.
41 b« Amis, n’avor paor », ce dist Rollant le saje ;
« Anchué me croi doner Feragu tiel peaje
« Dont il pora maudir qi l’a mis al pasaje.
2105« Je me vois acombatre par un tiel avoaje
« Che Feragu ne prise ne nus de son lignaje.
« Chi cun droit veit a plé, trop a grant avantaje.
« Avant que je m’en aile por encontrer l’Aufaje,
« Voldroie mese oïr por mantinir l’usaje. »
2110Le valet quant l’oï si n’i fist longe estaje ;
Un abés veit mener, que fu de aut paraje,
Che la messe lui cante, l’evangille el prosaje.
Carles le rois i vient e son rice bernaje
Che prie Damediex qe de mort e d’oltraje
2115Le defande Rolland en cestui son viaje.

XCI[2]

Quant le cors fu levé e dit le Diex secris :
« Mon hiaume e mon eschu e mon esplé pontis
« Va moi tantost porter », dist Rollant a Teris,
« E mener lo destrer qe Florent me tramis.
2120« Por esanplir la loi de Cil que fu oncis
« Sor le laing de la cros par moi dolans cheitis
« M’en veul aler combatre contre cist Antecris
« Che m’a Espaigne veé e mi compagnons pris.
« Jentis rois de bon here que d’enfant me noris,
2125« Por l’amor Diex e moi, vos soit en don requis

  1. — 2100 teus — 2103 paie — 2106 nemis — 2111 daut p. — 2112 profaie — 2115 en cestui uiaie
  2. — 2124 de bõhere que dõ fãt — 2125 diex et uos moi.