Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/217

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1930« Che Nostre Sir m’aüst mis en obli.
« Pués que vos estes par divine merci
« E sans e saus retornez jusque ci,
« Alons en France, por amor vos en pri.
« Soz fier planez en fer punt sui parti ;
1935« Trop ai trové felons cist enemi,
« Trop a Marsile son païs bien garni
« D’un seul diable che m’a plus esmari
« Ne fist Braibant le jor chel conbati.
« Ne tornerois plus ci, jel vos afi. »
1940Respont le duc : « Biau sir, e je l’otri.
« A celui pont tornerai a Pari
« Che je avrai delivrez li cheiti
« Che tantes fois vos ont en camp servi.
« O je serai ensamble lor basti,
194538 b« Ch’il ne diront que les aie traï,
« O je les en trarai o brant d’acer forbi.
« S’a cors a cors Feragu nen onci,
« Je vivrai certes o siegle a grant envi. »
Disent François plus de mil a un cri :
1950« Cil vos secore qe delivra Davi
« De mans Golie, quant a mort le feri ! »
Lor menerent le bon duc segnori
Jusque son trief ; lal desarme Teri.

LXXXVI[1]

Teri desarme, entre lui et Ugon,
1955Rollant son sire devant le roi Carlon.
En un ganbaus camosez environ
Remist le duc, pués li aporte l’on
Un mantel riche que li baile Naymon

    — 1930 naust — 1939 plus qe iel — 1945 aies — 1946 acel — 1950 serore — 1952 bun

  1. — 1957 lia por lon.