Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/216

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ici serai par son l’aube parant,
« E je farai vos barons d’onor tant
« Con s’il fusent ceschuns fil d’amirant.
1905— Vestre merci », ce li respont Rollant.
37 b« Et a vos di que non soiez dotant :
« Ne paseront outre votre comant
« Ne pont ne plaigne François ni Alamant.
« A l’endemain, se Diex le moi consant,
1910« Me verois ci sor le var de Braibant
« Che m’envoia le Ongre roi Florant.
« A cors a cors combatrons ensemant ;
« De nostre loi serons apercevant
« Le qual valt plus, Jesus o Trivigant. »
1915Dist Feragu : « E je m’en acontant. »
Con ces paroles se partirent atant.

LXXXV[1]

Les dos barons se partirent ensi.
Vers la cité s’an torne l’Arabi,
Por dam Rollant dollant et esbaï
1920Ch’ensi l’avoit malement escherni,
Trestot a pié, de cheval desendi.
Vers l’ost s’an torne Rollant o cors ardi ;
Ne demandez, seignors, je vos en pri,
Se l’enperere dou baron s’esjoï.
192538 aQui donc veïst quant il le recoli
En ses dos braces e le dist : « Biaus ami,
« Par pué ne m’ais encué le cors parti
« Quant al Paiens aporter vos en vi !
« Lors quidai bien, par viritez vos di,

    — 1902 par sor — 1909 le moie — 1910 Menerois, briabant — 1911 Che uoia — 1915 ei emenacõtãt

  1. — 1918 satorne — 1919 estai — 1922 satorne — 1925 don — 1927 eneuelecors miti.