Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/212

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
LXXX[1]

Quant l’oraisons fu de sa boche isue,
Fu la mervoille do sir Diex aparue :
En doble force le duc Rollant s’argüe,
Vers Feragu se drece et se vertue,
1795Estraint le poing que maint paiens atue
E dou senestre li fiert par la veüe
E pués refiert dou destre a recreüe
Par la forcelle. Si grant fu la ferue
Qe par poing d’ome ne fu tiel recevue ;
1800Cil en perdi vens et suns et veüe,
Par pué ne fu l’arme de cors isue.
35 bRollant s’afice, qu’encontre lui s’apue,
Plus d’une toise saili sor la menue ;
La o la spee li stoit de poing cheüe
1805Corut tantost, el poing l’a reprendue
E pués escrie : « Monjoie ! Diex aiue !
« Bataile avra Feragu recreüe :
« La mercé Diex e de m’espee agüe,
« Encor n’en ai une sole perdue. »

LXXXI[2]

1810Seignor, oiez cançon de droite loi,
Ja de meillor nulle n’orrez, ce croi,
Do duc Rollant qe par la droite foi
Deigna combatre Feragu l’Espanoi,
Le grant, le fort, le fiers, le plans d’orgoi.
1815En grant dotance fu le duc cele foi

  1. — 1794 dreca — 1800 uers (corrigé par B en ueis) et fũs — 1802 lue sapue — 1806 monieie de sa uie — 1808 mespee nue ague
  2. — 1810 droie — 1811 uoirez.