Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/210

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Rollant s’enbronche sor le mort che versa ;
Pasmez, stordiz de piece non leva,
1735Tant qu’a leisir Feragu s’aclina ;
Croit qe mort soit, par les flans le cobra,
Sor son cheval le mist e traversa,
Le petit pas vers la cité torna.
Se Cil non panse, qe le mort susita,
174034 bJameis Bele Aude roïne ne sera.
Quant Carles voit que cil en aporta
Son neveu pris, que jameis nel quida,
E pasmasons chiet et de dol trembla.
E Diex ! seignors, donc veïsez vos la
1745Tirer chevoiz e poing q’a piz urta.
En maint lengaiges Rollant se regreta ;
Par pué ceschuns an fue ne s’en va.

LXXIX[1]

Plorent Francos, Angeïns e Berton
E Navarois, Piteïns e Gaschon,
1750Frixons, Flamanse e tot le Bergognon.
E li Alemans sor tot gran doel en fon,
Che perduz ont Rollant lor campion,
Lor chevetayne e la lor garison.
En ses dos braç tient le roi Salamon
1755Le sir de France q’estoit, en pasmason ;
Al conforter ne dort mie Naymon.
Le roi revient e se garde anviron,
Sa barbe sache e tire son grignon,
Pués bat ses paumes e escrie a fiers ton :
1760« Rollant amis, Rollant mon compaignon,

    — 1735 Cant — 1736 flas — 1740 belaude — 1744 don — 1746 lengaignes — 1747 au fue

  1. — 1750 bergognons — 1753 A cheuet ; B ajoute ayne — 1757 auuiron — 1758 barba — 1759 scrie.