Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/208

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

A soi meiesme a bien dit l’Aufricant
Q’il a trovez le filz Milons d’Anglant.
« Machon » ! dist il, « or voi a esiant
1680« Que pur or sui a l’encomençamant ;
« Vencuz quidoie avoir, n’ai feit noiant.
« Je voi celui qu’est sor tut li valant,
« Je voi le home de cui l’en parle tant
« Qe sens dotançe me vent encontre erant.
1685« Machomet sire, s’anchoi m’estes aidant,
« Grant cortesie ferois, sil vos demant. »
Plus tost ne puet reclamer Trivigant
Com li niés Carles lui done un colp si grant
Que jusqu’en l’ost l’oïrent li auquant.
1690Le fort eschu i avoit o colp garant ;
Le fers de l’aste i mist por l’açerant,
Mais tant fu fort l’ubers al mescreant,
Nel puet falser, dont li ber fu dolant.
Versez l’eüst dou cheval mantenant,
1695Mais l’esplié brise, qu’enz li poing li remant.
Le Turs chancele en l’arçons d’olifant ;
Le duc Rollant ne ploie ne ne pant ;
Outre l’en porte le destrer d’Oriant.
Al trepaser veit Monjoie escriant,
1700E pués a treit al retorner le brant.

LXXVII[1]

33 bDe celle joste merevoiloxe e fiere
Plorent Franços et sor tuit l’anperere.
O le brant nuç torne Rollant ariere,
Cria l’ensaigne de la glixe sant Piere
1705De cui il seult aporter la baniere.

    — 1680 encomeçamant — 1685 artant — 1688 dona — 1689 jusque lost li oirent — 1695 li remant manque — 1697 ploĩe ne ue pant — 1699 escuant

  1. — 1702 tui — 1703 B a ajouté nuç — 1705 A il se (blanc) aporter ; B sol.