Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/207

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« A tes doçes apostres, que se tenoient las,
Entr’aus disis confort par sol dir Vobis pax ;
1650« Sir, ne vois pas querant ce que fist saint Tomas,
« Mais cun ferme creance sai que tu parveras
« En le novisme jor el val de Josafas ;
« De paor trembleront les bons et les malvas,
« Car tes mans e tes piez e ton flans mostreras ;
1655« Dolant seront celor sor cui t’aïreras,
« Venite benedicti as asolus diras,
« E cel do lez senestre felons maleïras,
« En enfers s’en iront o n’i a jeu ne gas :
« Si com trestot ce croi, biaus sire, tu le sas,
1660« Hoi soies mon eschu contre cist Satanas,
« Che por combatre lui, qui mi donast Domas,
« Tant ardi ne seroie de remuer un pas.
« Mais si cum tu is Diex e pués fier alt e bas,
« Hoi monstre ton miracle, e si croi que feras.
1665« Or ne sai plus que dir, si soit com tu voudras. »
Lor a segnez son vis le noble quens palas.
La lance paumoiant e l’eschu davant cas,
Tot droit vers Feragu se mist a plain eslas.

LXXVI[1]

33 aDroit vers le niés Marsille se mist l’ardiz Rollant.
1670Qui donc veïst com il veit paumoiant
Sa grosse lance, o le quarter resplant
D’un clier colors celestre e d’or lusant !
Ne monstre mie a son continemant
Que peor oit, ni soigne, ni tallant.
1675Quant Feragu s’an veit apercevant,
Al contenir et al chevalcier giant

    — 1648 A tes de doçes — 1652 nouissime — 1653 tremblerent — 1655 tareras — 1657 felos — 1662 remner — 1667 cais ou tais — 1668 plãt

  1. — 1672 chier — 1674 le premier ni manque ; A seigne.