Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/205

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Li .xi. piers a pris e Ogier le pros.
« Par vos su jé, biaus ami fortunos
« Et obeïz et honorez de tos :
1595« Se je vos pert, ensi remanrai sos
« Cum pobre dame quant a perdu l’espos.
« Tornomes, frere, ou regne glorios,
« Car cist païs commance estre anoios.
« Je n’ai plus fils. Pres ma mort, ami dos,
1600« Rois vos feront Franços et Herupos,
« Et les Romans vos clameront a vos
« Lor enperere, dont il sont desiros. »

LXXIV[1]

Le duc Rollant vers le roi s’adreça,
A ses paroles bien responduz i a :
1605« Mon sir », fet il, « Bel’Audan que dira ?
32 a« E dam Gerard, que si niés m’ancharja ?
« Les autres piers et Ogiers qe fera,
« Che sol par moi sont venus jusqe ça ?
« Se je les lés, Feragu n’en prandra
1610« Reançon nulle, mais qe tuit les pendra.
« Ja, se Diex ploit, nus de moi ne dira
« Che fuïs soie, se caisons ne sera.
« De Feragu sevoie bien peçe a
« Che grant estoit, mais, se Jexu pleira,
1615« Vers la divine force vertuz n’avra.
« Conbatrai lui, ja ne s’en estordra.
« Je vos comant a Cil ch’en cros pena ;
« E vos proiez par moi, si lui plaera,
« Me dont conquere ce glotons qe nos ha

    — 1593 suie, fortuos — 1597 Tornemes — 1600 ferot F. et rupos

  1. — 1606 Si mes manchara — 1608 Cheul par — 1609 prĩndra — 1610 Reanços, tui — 1611 ne dara — 1613 peça a.