Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/204

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Veez la reschuse de toz li anpresoné.
1565« Entant, Paiens, un mot de verité :
« Ces que tu as tramis en la cité,
« Se lors valors fust en un amassé,
« Al cont Rollant ne fust une moité. »
Feragu l’a ferament regardé :
1570« Tei toi », dist il, « qe trop le m’ais loé ;
« Je croi qe soies uns fablaors prové. »
De ses Paiens a le Turc apellé :
« Avech les autres cist glotons moi mené.
« Par Machomet, mar i a tant parlé.
1575« Se je ne trou le son dit averé,
« Apendrai lui tantost cum sui torné. »
Lors fu le duc vers la prisons guïé ;
Proiant veit Diex, lo roi de majesté,
Qe gart Rollant, q’il ne soie aonté,
1580Car s’il perdoit malement a eré.

LXXIII[1]

Vers la cité en menerent Hestos
Reclamant Diex, le pere glorios,
Che gart Rollant, don molt est paüros.
Li duc Rollant ne fu pas perecos ;
1585Palmoie l’aste a loi d’ome famos.
31 bAtant ech vos l’enperer corajos
Al frains le prist dou rice destrer ros,
E, larmoiant de ses oilz anbedos,
Li dist : « Biaus niés, et ou aleroiz vos ?
1590« Vorez morir vers cil Turc diablos
« Che non resoigne, biaus niés, ne nos ne vos ?

    — 1565 de uẽte — 1566 Ces qe nias — 1568 A Rollant le cont — 1576 Apendra — 1576 ueĩt deix

  1. — 1581 Hestous — 1583 paures — 1584 pax — 1588 audos — 1590 diables.