Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/203

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ch’il puet en vos avoir feible sperançe :
« Par itel gent segnor trop no avançe. »

LXXII[1]

« Di moi ancor, seignor », parla l’Esclé,
« Pués qe je n’ai au proz Rollant josté,
1540« Ou est il donque et in qual part alé ?
« Ne seult pais estre des dereans trové
« As grans batailes, si con l’en m’a conté. »
Hestous lui dist : « S’un petit atendé,
« Mostrerai vos ce qe tant demandé.
1545« Esgardez la o il sunt amassé
« Si grant bernaje entor cil sol armé ;
« S’un pué fust plus envers nos adrecé,
« Veoir porisés en l’eschu scharteré,
« D’or e d’azur departiz e sevré,
1550« Qe cil seroit Rollant, mon avohé,
« Par chui sperance e par cui segurté
« Sui en preson retorné de mon gré.
« Crois tu, Paiens, qe tant fus esoté
« Che moi rendise toi n’a home né,
1555« Se ne m’avoie Rollant sentis daré,
« Le campions de la Cristienté,
« L’ardiç, le fort, le bien endotriné ?
« Car bien savomes qe vos, Paiens, tremblé
31 a« Tot par lui sol, quant il vos vient nomé.
1560« Feragu frere, estes vos confessé ?
« Se confés estes, mout fesis qe sené,
« Car de proçans l’aspre mort atendé.
« Veez Rollant, veez plus che Erchullé,

    — 1536 Cil

  1. — 1539 ie uai auprez r. ioster — 1540 On, alee — 1542 mã conte — 1548 Veoir porises — 1549 escure — 1554 ne home ne — 1556 capions de la xp̃riene — 1558 nos — 1559 n — 1561 estres — 1562 aspree — 1563 neez.