Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/200

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

145529 a« Qe vos en voi torner sans e vivant.
« Se fusés pris, mout aloit malemant
« Al rois Carlons et a la franche jant :
« Perduz avoit un grant proz en parlant.
« Por quoi diables vos alés maneçant ?
1460« Non conoisés ch’ estes reconoisant ?
« Sire cusins, ne vos avenoit tant.
« De trepaser d’un tel roi le comant
« E pués fuïr par feir altrui spoant :
« Nus hom ne doit prometre ce dunt il n’est pusant.
1465« Par pué ne di que je sui bien dolant
« Che clamez sui ne vos de moi parant.
« Par cil apostre a qui somes servant,
« Se je retor, al roi je dirai tant
« Che mais ne vos leira plan pié de casemant ;
1470« E sachiez bien que nel di en gabant. »
Hestous l’oï, d’ire e de maltalant
Respondi lui :« Chusins, bien vos entant.
« A ce qe j’oi, ne m’avez chier granmant.
« Des or irai en prexon maintenant ;
1475« Mais regardez se cil vos samble enfant.
« Je tornerai par itel convinant
« Qe vos acert, vos e mi malvoilant,
« Qe je n’atendrai mie le coup de cil perchant. »
Des dous chusins fu la tençon mout grant.

LXIX[1]

1480Le roi de France a la plaigne passee ;
Seguirent lui gent a mout grant plantee.
Le duc Rollant a sa chiere tornee

    — 1455 euinãt — 1458 et parlant — 1459 eles — 1465 ue di, sue — 1470 B ajoute je entre que et nel — 1472 A entand — 1473 cheir graĩmant — 1474 A inquitenant ; B mantinant — 1478 porchant ; cf. le vers 2325 — 1479 fu m. g. la tencon ; ce vers est rattaché par le scribe à la tirade suivante

  1. — 1480 passe — 481 Segurent — 1482 torne.