Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/199

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

A vois escrie : « Monjoi l’emperaor !
1430« Biaus sire Diex, or so je bien de vor
« Che porterai de cist Paiens l’onor ;
« Nulle duree n’avra vers mon valor. »

LXVII[1]

Mout fu joianz Hestous, le fil Odon ;
28 bL’espee treite, torne vers l’Aragon.
1435Le niés Marsille, irez come lion,
Dreça le fust qe ne feit a garçon.
Hestous li voit, si dist : « Por saint Symon,
« De la venir non serai si bricon.
« Qeil voir diable durroit a cil plancon ?
1440« Ainz atendroie le brancer d’un heiron :
« Se n’i demor, proece el me perdon. »
Anz qe venist le filz roi Falsiron,
Li mostre Hestous dou destrer le cropon ;
Arier repeire un pué plus chel troton.
1445Davant lui garde, voit venir de randon
Le duc Rollant armé sor Saudemon.
En tote l’ost ne a cheval si bon,
Fors Veilanti, qe li dona Carlon :
Cist bon destrer a Rome, au Pré Noiron,
1450Un apostoille lui an oit feit li don.
Rollant retient le frain par le boton
Par rampoigner cusins e compaignon.

LXVIII[2]

« Cusin Hestous », ce dist le duc Rollant,
« Grace et merci en ait l’Onipotant

    1432 dure

  1. — 1439 dureroit — 1443 don — 1446 B ayme — 1449 preuoiron — 1450 lui auoi feit — 1452 rapoigner
  2. — 1453 Cusim.