Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/198

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Che susitastes dou sepulcre, gardé
« Mon cors de mort, e grace moi doné
« Che je conquere cist hom desmesuré
« Chi mi compaing a pris et enseré :
1405« Anz qe Rollant soie ci arivé,
« O mort o pris l’aie ; si ferai jé
« En vos espoir. » Lor a son vis segné,
Par les enarmes a son eschu cobré,
Paumoie l’aste dou fort trençant esplé,
1410A core mist le destrier sejorné,
Vers l’Arabis s’an vient tot abrievé.

LXVI[1]

Le niés Marsille atent a loi de tor
Che tant est fort de murs e de labor
28 aChe de perere n’idifiz n’a pavor.
1415Atant ec vos Hestous le pogneor
Grant colp lui done de l’esplé trancheor
Sor son escuz devisez de color :
Ne puet desfaire mais l’uevre al depantor.
Mais en avant qe l’esplé fraisenor
1420Fust peçoié el poing de son seignor,
Oit le paiens de qeoir grant freor ;
As mans se prist a l’arçon sens demor,
Si que il n’oit ni terme ni sejor
De feir del duc com avoit de celor
1425Che pris avoit ceschuns o primer tor.
Le duc de Lengres, sens mal e sens langor,
Outre l’en porte le ride milsoldor ;
E pués a treit le brant a son retor.

    — 1401 don — 1405 ci atuie — 1406 feraie — 1407 segrie — 1411 sauient tot abraue

  1. — 1414 B corrige perere en periere, idifiz en edifiz, pavor en paor — 1416 eple — 1418 despiere — 1419 frãsenor — 1423 ni segnor — 1427 lence nulsaldor.