Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/197

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Lever ne puet, qi lui donast Paris.
Sor lui s’areste Feragu l’Arabis,
1375Le brant lui tolt, ne s’an est escremis.
Depués q’il fu de son brand deseisis,
De mort se dote, si se rend por chetis ;
E cil l’en maine par mié l’obers terlis.
Pués le demande : « Dont is, de quel peïs ?
1380« Coment as nom ? — Oliver, biaus amis. »
Dist Feragu : « Mout ai hoi bien conquis ;
27 b« Ne te rendroie por la citez Betis. »

LXV[1]

A ses Paiens s’en retorne l’Esclé.
« Sor toz les autres cestui bien me gardé.
1385« Por Mahomet, bien avons començé :
« Hoi avons prise flors de Cristenté,
« Ce est Oliver, li segont plus loé.
Lors fu, le duc mantenant desarmé
D’obers, d’escu, de verd hiaume jemé.
1390Dedans la ville, o sont enpresoné
Li autre per, l’en ont Paiens mené.
L’escu eu col, tot le fust entesé,
Vers le pont est Feragu retorné.
Le duc de Lengres l’a ferement gardé,
1395Por Oliver a grant duel domené.
« E Diex ! dist il, « par la vostre pieté,
« Si voiremant com par le Adam peché
« Venis o monde et in fluns batiçé,
« E par juïf en cros mort pené,
1400« Si com je sui creant par virité

    — 1375 escrenis ; B toelt — 1376 A desesis — 1380 B ais

  1. — 1390 uille le lont — 1392 e col, enrese — 1397 adaz — 1399 E par nuf.