Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/194

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Le dus Gerarz par pué ne se renoie ;
1290Le destrés broce, vers le Paiens desroie ;
Tenir nel puet asés gient qe l’en proie.
Quant Feragu le voit, non s’afebloie,
Mais feremant vers lui acuel sa voie.
Gerarz le fiert sor la targe vermoie ;
1295Ne l’anpira valant une coroie.
La lance au duc se derump et arcoie,
Qe le Paiens ne se mut ne ne ploie.
Le Satanas desor le duc s’apoie ;
Au col lui jete le braz, a pué nel noie ;
130025 bTrestoz le laces de l’eume le pecoie.
Le ber Gerarz lors chiet en mie l’erboie ;
Le chief oit nuz, dont il forment s’esfroie.
Cil treit l’espee, sor le duc la paumoie.
« Rend toi », dist il, « c’oncir ne te voldroie ;
1305« Prodom me senbles ; trop repris en seroie.
« S’ensi non fais, a noiant m’en teroie
« S’a uns seul colp — se je ma main t’envoie —
« Ne t’oncesis, se fus Hector de Troie. »

LXII[1]

N’est pas mervoille se Gerarz oit paor
1310Quant Feragu lui mostra ses heror.
Por soi garir de la morteil dolor
Rendi l’espee al neveu l’aumansor,
Car nulle ahie ne se voit ne restor.
26 aAncor estoit Carles l’ampereor
1315Il e Rollant a consoil soz l’aubor.
De l’autre gient n’i fu grant ni menor
Qe fust ardiz de paser l’orieflor,

    — 1289 geraz, reuoie — 1293 lui aonel — 1294 Geraz — 1298 Le sainas — 1300 Trestor — 1301 geraz — 1307 Se uns, mais maint inboie

  1. — 1309 geraz — 1312 Rende — 1313 aihe.