Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/193

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Le niés a roi Marsille lui fert par mautalant ;
Un pué de soz la borde le fort escuz li fant ;
Diex volu qe l’obers estot fort et tinant.
1265Par tiel vertuz e grant force l’enpant
Qe l’arcivesque chiet o tot l’auferant ;
De l’eume fiert si sor la pier devant,
25 aD’une grant piece ne puet estre en estant.
Feragu treit la bone spee trençant :
1270« O tu is mort », feit il, « o tu te rant ;
« Ne t’i vaudront armes ni garnimant. »
Cil est renduz, dont ja ne le reprant ;
Bleismer nel doit nus home conoisant,
Car bien pués dir e fere sagrement
1275Qe plus fort home ne fu al so vivant
Com Feragu. Si vos di plus avant,
Si Diex ne fust el grant enging Rollant,
N’avroit esté par nus home perdant :
A doe mil homes, tant avoit ardimant,
1280Avroit le Turc combatuz solamant.

LXI[1]

Se de la force Feragu dir devroie,
A maint de vos non creable parroie ;
Par ce leirai, car trou qe dir avroie.
De l’arcivesque, a qui faut tote joie,
1285M’estoit canter cum Feragu l’envoie,
Cun celle gient qe Damediex deçoie,
En la presons, o nostre gient sunt coie ;
N’i a celui qe por mort ne se croie.

    — 1263 lobercle — 1264 Diex uali — 1267 fier, piere tenant — 1272 ni la reprant — 1274 et fert sau sagramant — 1278 Nauroer — 1279 A doenul

  1. — 1282 Auon creable a maint de vos patroie.