Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/191

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1210Pués le prant par la renge de l’espie amollue.
Paiens lui ont son hiaume e sa spee tollue ;
Ne lui laserent riens trosqe en la cars nue ;
Pris l’en menent batant vers la citez cremue.
Pres son frere fu mis dedenz la tor fundue ;
1215Malemant lor estoit, s’ancué n’avront aiue.

LVIII[1]

« Dame sante Marie », feit li quens Anseïs,
« Con des or nos sera chier vendu cist peïs,
« Quant des miaudres de nos sunt li troi ore pris !
« Rollant, quant le savrais, mout en serais pensis.
1220« Mais, foi qe je dol Diex, je ne verai tes vis
« Si rescorai li conte, o li tes enemis
« Me meneront a lor en la ville chetis. »
Lors leve sa mans destre, la cros se fist el vis ;
Pués prend congé des autres, si les a beneïs.
1225Son esplié paumoiant veit ferir l’Arabis
24 aPar desor son escuz ; ne l’a freit ne maumis ;
L’aste par fu tant grosse, ne la puet le marchis
Pecoier ni briser, dont mout an fu depis.
Son ceval cheit ariere an mé le camp floris ;
1230Le vasal veult lever a loi de manoïs,
Quant le neveu Marsille lui cort sovre ademis :
Sotemant de son poing li fiert si sor le pis
C’une autre foiz a terre l’abat tot estordis ;
Pués a trete l’espee ; illoc l’eüst oncis,
1235Mais le barons se rend ; n’en doit estre repris.
Aprés ses compeignons l’a Feragu tremis.
Merveilos duel an font e mout grant ploreïs.

    — 1211 out — 1213 lenmenerent — 1215 saucue, auihe

  1. — 1220 don diex — 1223 mans de tres — 1224 prende — 1229 aume — 1232 li feri — 1233 Cun — 1236 compeignos.