Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/188

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Car ja comencoit il ses euls a roieler ;
Mais Rollant non leisa, que li veit arester.
Qi donc veïst li duc de Dainesmarche irer,
1135Andeus li pong estrindre et Hestous regarder !
Ne cil ne fu pais lent, qe treit le brant d’acer.
Le rois jure Celui que l’en doit aorer,
Le qeil prime comance, le poroit comperer ;
Rollant en apella, Hestous e Oliver,
1140Salamons de Bertaigne e Naymes de Bayver.
A consoil se trerent de joste un grant vergier :
Carles voudra veoir e sevoir e cerqer
En qeil gise poront Feragu domajer.
A ce q’il consoilent, oiez q’en fist Ogier.
114522 aSa lance e son escu prist de son escuer,
Le pont outrapassa, irez come cengler,
Et jure Damedex q’el sera le primer
Q’alera Feragu de proece esaier,
Car mielz ame morir c’om le puese gaber.

LV[1]

1150Quant Feragu se garde, voit li Donois venir,
Cuide ce fust Rollant qe le vigne asaillir
Au fort esperoner et au bel contenir ;
Lors a feit un eslas sor le baucein de Tir,
E pués se est arestez quant le duc doit ferir.
1155Mervellos coup lui done le Donois por haïr,
Mais ainc n’i puet l’escu enpirer ni partir,
Anz convent son espié pecoier e crossir

    — 1134 Qi doue, damesmarche — 1135 Audeus — 1136 fus corrigé par une main postérieure — 1137 leu doit — 1140 le bayuer — 1148 Qe lera

  1. — 1150 Cette tirade n’est pas séparée de la précédente — 1152 esperone — 1153 derir — 1155 Meraelles — 1156 Mais aiut ; une main postérieure a ajouté ny avant enpirer — 1157 espi.