Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/184

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Plus ne vos ert le chemins defendu.
1030« Se envoier ne li voroiz çelu,
« Mandez li cil qe Rollant ame plu ;
« Ce est Oliver, le niés Girard le du ;
« Conbatront soi an mié cil prez erbu,
« L’uns por Machon et l’autre por Jesu :
1035« Se mon seignors se clame recreü,
« L’entrer d’Espaigne ne vos iert detendu.
« Seguremant, se il sera vencu,
« Petit poroiz doter home nascu
« Qu’a vos se taigne, tresqu’as bones Arcu.

XLIX[1]

1040« Dans rois de France », ce lui parle l’Asclé,
« Mout par est proz Feragu l’adiré ;
20 a« Par nos vos mande, si com oïz avé,
« S’il est conquis cors a cors en cil pré,
« Passer poroiz el Castellans reigné ;
1045« Et s’il conquiert in camp vostre avohé,
« Tornez en France, Spaigne quite clamé.
« Par autre guise, sacez de virité,
« N’i passeront home de mere né ;
« N’i veront tant, plus ne soient tué. »
1050Dist Oliver : « Je sui tot apresté ;
« Oliver sui qe tu ais demandé. »
Rollant respunt : « J’an fui prime areisné,
« Combatrai lui en l’enor Damedé
« E de l’apostre qe il nos teint serré. »
1055— Neis », dist le roi, « par mon chief, non firé.
« Mesajer frere, car vos an retorné ;

    — 1030 çeu — 1032 çirad ieclu — 1033 au mie cil praz — 1038 mescu — 1039 boue

  1. — 1040 parler lascler — 1042 nos manque — 1045 auoche — 1053 Combratrai — 1054 qil — 1056 auretorne.