Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/182

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ne fist Paris a prendre la fame Menelais,
« Car il en fu destruiz et oncis, bien le sais.
975« Neporquant ton penser achever ne porais,
« Car Marsilles mi sire est garniz de tiel brais
« Qe, par Macon mon Deu, mal en Espaigne entrais.
« Avant qe tu t’en tornes, si damajez serais,
« Mais a jors de ta vie no t’en restorerais.
980« Ja toi anoioit il avoir deport et ais,
« Que volïez venir en Espaigne a sollais ?
« Anz q’ele soit conquise, si jofne n’i a mais
« En trestotes tes host qe ne soit veilz e frais.
« Par qoi ne me respondes, qe tiens le chief en bais ?
985« Nen fu mas tant orible en senblant Golliais.
« A grant tort qe te sentes, respondre ne savrais. »
Tant oit parlez l’enic, qe n’estoit mie gais,
Et mout pires disist, qe ja non amendais,
Quant passerent avant Robert e dam Jervais
990Et tant des autres qe ne sai dir le tais ;
Ja l’aüsent oncis e a darz e a glais,
Mais l’enperere an jure Nostre Dame d’Arais,
Il n’i a si ardiz, se feit avant un pais,
19 aQe nel face estre sor les arc a mesais.
995Pués a dit ou mesaje : « Quant asez dit avrais,
« An breus te veul respondre, s’entendre me voldrais. »

XLVII[1]

« Amis », dist l’amperere, « tu pués dir ton coraje,
« Qe par nus hom n’avras engombre ne doumaje.
« Proz puet ton seignor estre, mais mout petit fu saje,
1000« Quant il sor un tés per encarga son mesaje.

    — 975 achener — 980 anoidit il — 981 uolez, assollais — 982 iofrie un mais — 984 en bas — 985 gollias — 986 tor — 990 rais — 992 nostre dame damis.

  1. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées XLVII