Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/178

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Voler en fist andeus les eus dou fron.
Cist Feragus, de qui nos ramenton,
Estot faez par itel devison
870Qe de sa cars detrencer ne puet hon,
Fors endroit l’anbellil : tel fu sa nasion.
16 bIloc avoit tel armes qe ne feit a garçon,
Et toz les autres porte par retrair a baron.

XLII[1]

Quant oit l’obers vestuz o la menue maille,
875Desor mist un claveins dont d’or fu la seraille ;
Ne dote arme de segle vallant une meaille.
Pués a çante l’espee ; ne demandez se taille :
Marsille li dona, quant de lui fist sevraille ;
Par ce qe trop fu longe, nus autre hom la baille.
880L’eume i lacerent, n’i a nus qil revaille :
Cil fu conquis el val de Josefaille,
Quant il ocis roi Jostan en bataille.
De sor l’agus oit une divinaille :
Uns esparvier d’argiant, en ses piez une quaille.
885Quant il l’oit alacié, ne steit qu’en piez non saille ;
A deus Paiens comande qe par son fust s’en aille.

XLIII[2]

Quant fu armez Feragu le Païn,
Son baston le porterent deus fellons Saracin,

    — 867 au dens les eussdõfrõ — 870 da sa cars — 871 laubellil — 873 portes ; il y a un blanc après retrair, que je complète en tenant compte de V, p. 33 : e le altre armature erano tali che risemblava a barone, como ello era

  1. — 875 la semille ; cf. V, p. 33 : che aveva tutti le seraglie d’oro — 877 raille — 879 trop fiz — 882 iostim ; cf. V, p. 30 : quando alcise lo rei lostante in una battaglia — 883 Desor la cus — 884 esparnier — 885 l’ manque
  2. — 888 dens.