Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/173

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Bien pora dir : « Ce n’est gient qe se faigne
A bien conquere sor cels qe Diex non daigne. »

XXXVI[1]

740Vont s’an les host aseürïemant.
Bien sont garnies trestot lor tallant.
Host mielz renplue ne vit home vivant
De totes coses por durer longemant.
Ne lor jornees ne firent gieres grant :
745A seul .v. lieues estot la plus tenant.
Dejoste Blavie les a conduit Rollant ;
La troverent Ogier ou cuer vallant,
Qe por secors lor vient encontre errant.
Novelle lor a dit apertemant
750De la saillie et dou commençamant
Qe lor a feit Feragu l’Aufricant,
E de maint hors feit li home dollant.
Dist le niés Carles : « Si Diex m’en ere eidant,
« Dolanz serai se il ne s’en repant.
755« Veïs le tu jameis a ton vivant ?
14 b— Non », dist Ogier, « e n’en sui desirant,
« Car s’il est si de lui come j’entant,
« Au segle n’a Paiens si fort ni grant.
« A mout grant poine li porte un auferant :
760« Dou legnaz fu, bien pert a son senblant,
« De cil Gollie qe fu mort por l’enfant. »
Rollant respont : « Encor est si puissant
« Diex en cist jors com estoit la davant.

    — 738 sen faigne — 739 equere

  1. — 740 sans l. h. aseritiemaat — 745 A scul — 747 ogier ouener uallant — 749 et dist — 753 Dist le rues — 757 come eutãt — 758 ni si grant.