Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/172

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Son hiaume et son escus et son espliez pugnal
710Par derier li porte son escuers loial.
En mans tient un bastons a loi de senescal,
E insir feit de Paris les barons por engal.
Si ordineement s’en estrent le jornal
Com deüsent trover lor anemi mortal ;
715Sonent grailles et timbres et font grant batistal.
13 bLe jor furent de dames garniz maint fenestral
Port remirer les host a l’ensir del portal.
Vers Espaigne baloient les confenons real.
Les dames, les pulcelles en ferent duel coral :
720Humeis oblïeront lor tresches et lor bal ;
Des or proieront Dés, le roi celestial,
Qe lor gart lor mari et remant sains et sal.

XXXV[1]

Carles cevauche o la chiere grifagne
A cent mil homes de Françe et d’Alamaigne.
725Plus fere gient, plus belle ne plus maigne
Non condust mais nus rois en terre estraigne,
Ne Julius Cesar, l’anperer de Romaigne,
Q’a tot le munde fist redoter s’ansaigne.
Baordant vont a travers la canpaigne
730Cil baçalers : n’a nul haste ne fraigne.
Les ardiz chevalers qu’a le roi en compaigne
Lors lances palmoiant manacent vers Espaigne.
Dan Feragu, qe garde la montagne
Et le passaje, qe nostre gient ne praigne,
735S’il les atent, ni en pué ni en plaigne,
14 aCert le feront de dolorose estraigné ;
Quant coneüe avra bien lor ovraigne,

    — 713 Si ordiniement — 721 De sor

  1. — 723 o la chitre — 731copaigne — 735 ni en prie — 737 coueue.