Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/168

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ce est Laçarain, que fu de ton parent.
« Le rois de France i vient certeinement ;
« Contenez vos illoc si sajement
« E dou pasajes feites manteniment,
605« Q’il non poissent passer legeirement.
« Je manderai tot mon esforçamant,
« Secorrai vos, s’il pleira Dex, breument.
« Et une riens vos comant et defent :
« Ne lor donez estor ni torniamant,
610« Mais a fortrece vos tenez seulement.
« Il non venront, jel sai certeinement,
« D’iloc avant se la citez non prent. »
Dist Feragu : « Se le cors ne moi ment,
« Non passeront sens grant engombrement. »

XXIX[1]

615Por le comant Marsille l’aumanssor
Cevaucerent Feragu et cellor ;
De Laçarain ferent garnir la tor.
Quant il furent sejornez, le terç jor,
Ou qatre mille de la gent Paienor
620Dans Jocerins e Norbredas de Tor
Cevaucherent vers la terre Francor
Tote une nuit, e, quant vient a l’aubor,
Vont oncians païsans et pastor ;
Molt grant domaje en font li coraor,
625A mout grant proie tornerent a baudor
De boef, de vaces et de muls ambleor
Et de cheitis qi ourent mal sejor :
Plus de troi mille en rendrent lor seignor.
Reclains en vient Ogier le poigneor.
630Al rois envoie, qe trop feit grant demor ;

    — 610 uos tenz — 614 passerons

  1. — 628 eureudrẽt — 630 lenuoie.