Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/164

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« C’aler voudriés en tel partie
« Que ja nel vous sofrirons mie.
« Mais le meillors vos rovons feire,
« Por nos et vos de mal retraire :
505« Mandez noz dir se regarder
« Doit l’on de vos, o quoi ester,
« Car nos crerons le vostre mant
« Plus que de nus home vivant.
« S’adonc le feites, v’ert honor,
510« Com s’aconvient a enpereor
« Et a loial roi com vos estes.
« S’a desfiaille nos mesfetes,
« Blasmer ne vos an puet nus hon.
« Or nos mandez o si o non
515« Que devons feir. » Et ci finist
Le breus, el clerge plus non dist.

XXIII[1]

Quant entand Carles, nostre roi de sant Gille,
Li breus c’on liet el mandement Marsille,
De respondre as mesages en son cuer se consille.
52010 a« Dites a vostre sire », ce dist le rois nobille,
« Que je non lairai mie, por tant q’il s’aparille,
« A prendre ce que doi, castel ni borz ni ville.
« En breu mot li direz que je.  .  .  .  .  .  .  .  .  .
« A feir tot mes venjances venue est la vigille :
525« Qi m’ont mesfeit non dorment, qe Carlons se resville.

    — 501 A voluses — 502 A sofrires — 503 A nos ; B nous — 505 B Che nous mandies dir se guardier — 506 A e quoi estree — 509 A Sadẽe ; B ce uert — 510 A enperaor — 512 A uos — 513 A Blaleismes, uns hon ; B Blasmer — 514 B ou oil ou non — 516 B le brief — 515 fier

  1. — 517 gisse — 518 mãdarãt — 523 que ie mon sa fille (fin de ce vers inintelligible) — 524 A feit, uenut.