Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/162

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Adunc garde dedainz et ymage et divise,
Aprés l’a esponue, quant il l’oit bien aprise.
« Oiez, seignors », feit il, « la Marsille tramise.
« Carte ditee mande, escrite a strançe guise ;
450« Ici ne se contient nus sermons ne fantise. »
Lors teisirent les princeps, et le clerge s’atise
A esponre la carte ; oiez com la fu escrise.

XXII[1]

Le cierge leit la carte a lor
Et dist ce qe contient desor :
455« Nos Marsille por la Dex grace
« Rois d’Espaigne e de Dalmace,
« De mie Navarre e de Ragons,
« Ne tenans pas feu de nus hons,
« A vos gentis rois Carlemaigne,
460« Sire de France et d’Alemaigne,
« Enpereor de Rome e roi,
« Gregnor de vos non sai ne croi :
« Cun grant amor e bone entance,
« Senz malvaistez aiez creançe
465« Q’en vestre loi mandons salu.
9 a« Oïz avons et entendu
« Qe une partie de vostre gent
« A grant esfors de garniment
« Noz sunt venus dedanz Navaire,
470« E ne sevons qe il veulent faire.
« Aprés savomes d’autre part
« Q’avois mandés et breus et cart
« Par tot les gient de vostre terre :

    — 446 Adune — 447 espoinie — 449 estrete a s. gisse — 450 Iei, antisse — 452 A sponre

  1. — 453 ci gi cõtirẽt — 457 Dimie n. — 458 A pars ; B tenons — 462 Megnor — 465 mandoz.