Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/160

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— Par mon cief », dist Marsille, « mestier est que je sace
« Qeil part il veult aler et com feit carge enbrace. »

XVIII[1]

400Del conseil departi Marsille l’amirans,
En un verger desis folus et verdeians,
O avoit un vasel d’argent tot d’eve plans.
En la loi Saracine fu Marsille saçans
D’art et d’estrologie, e fu bon nigromans.
405Entor l’eur deu vaissel a escrit de sa mans
Les regnes e les terres da levant a ponans.
Uns dormoncel petit, que fu de cire blans,
A mis por dedanz l’eve ; n’i avoit estormens.
« Qeil part firra », dist il, « le vasels que est ci dans,
410« Celle part ira Carlles, de tot en sui credans ».
Alor gieta ses ars.Troi fois en uns tenans
O fu le nom d’Espaigne fiert tot droit le çalans.
Quant l’amirans le voit, si devient paille et vans,
Come cil qe se croit de gerre asegurans.

XIX[2]

415Ancor se prist Marsille penser en son coraje
Qe plus ces sors acroire est vans cors et folaje.
8 aTrou volenter savroit ce qe Carlons ymaje ;
Dist q’il le veult savoir par gise de mesaje ;
Son escriveins envoie, qe mont par estoit saje ;
420Un breus li feit escrivre en le romans lengaje,
E prist .ii. chevalers des mels de son bernage :

    — 398 meister e que

  1. — 401 Enn un — 405 leires — 409 A ferirœra
  2. — 415 eu son c. — 416 ces manque : cf. V, p. 18 : molto è grande follia a credere a queste arte — 420 escriue ẽlle — 421 de mels.