Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/159

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3757 aMarsille en oit espionz plus de trois ;
De celui garniment fu mult en grant esfrois ;
De Tollete se muet, a l’ainz q’il puet anchois,
E vient a Saragoçe, eu regne Aregonois.

XVI[1]

A Saragoçe vient Marsille consoil querre
380Et oit ensemble lui des barons de sa terre
Plus de .c. et .l., que servis lui doit fere.
La senblance Carlons lor comançe a retrere,
Le garnimant q’el feit et tot si cum il here
E de cels qe ja sont venuz enz la Navere.
385« Segnor, conseillez moi, car je redoit de gere. »

XVII[2]

Respondre a teil parole n’i a Paiens che sace.
Li beus Jonas de Cordes de dos son mantel saçe ;
Mout fu beus et membruz et en cors et en face.
Il a dit a Marsille : « Tu fais come la brace,
390« Quant li çaelz sunt nez, qe brait c’om les abrace.
« Noz savonz bien acertes qe Çarlons nos porcace
« De venir en Espaigne, ne ci non vient sa trace,
« Qe par tot som peïs n’i a port q’il ne face
« Aprester de nager vers Persse o vers Dalmace.
395« Quant Carles no t’agreve, ne desfie, ne manace,
7 b« Por quoi dois tu mostrer couse que lui desplace ?
« Qe leira pax por gerre, Machomet lo desface !

    — 375 en oït — 377 alcũz qil

  1. — 382 comança
  2. — 386 a til — 387 raçe — 392 ue ci — 394 Aprestrer — 397 liera.