Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/158

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Quant il veult son nemi decliner en servage ;
E cil que d’avarice fera son guionage
A trop mendre de lui desire feir homaje.

XIV[1]

6 bFranchois s’aparoilent a force et a vertu
355D’armes et d’entresaignes et de destrés crenu,
De tref et de trevaches, de loges et breü ;
Trop se conforterent quant non rendrent trehu.
Par cescuns port de mer forment ont defendu
Qe ne partist navire ne gros et ne menu.
360Entre Rollant li duc et Olliver son dru
Cevaucerent a Rome, o bien sunt receü
E totes lor demandes acomplies lor en fu.
De .xxm. chevalers fu Rollant revestu
Par entrer en Espaigne sor l’oncle Feragu.
365Segnors, car escoltez, ne soit ne criz ne hu,
Gloriose cançons, c’onques sa pier ne fu ;
Ne vos sambleront mie de les flabes d’Artu.

XV[2]

Fort s’aparoilierent Bergognons et François ;
Le terme avoient d’estorer de terz mois.
370Enz el cief de Navaire manderent le Denois
A garder le passaje a do mille Thiois ;
Mais nus senblant de gere ne auchuns estralois
Ne mostrent ne firent sor auchuns Espanois ;
Da l’uns a l’autre vont marcheanz et borgois.

    — 352 dauance, guionagie

  1. — 355 creuu — 358 por, ent defendu — 361 bie — 362 Suppr. en ? — 365 ne soit criz — 367 daltru
  2. — 369 destoier — 370 cif — 371 milia — 372 ne uchuns — 373 mostrent