Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/155

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« E por rendre dou bien a Rollant geerdon.
270« Troi conquises façomes, la prime en venjason
« De Deus, le Rois cellestre, et de sa passion ;
« La segunde por Carles, qe l’on doit por reison
« Mantenir ses honors, en qel part qe il son ;
« La terce por cestui, che moi senble a bricon
275« Quant il veult contrafere li filz roi Filipon :
« Il a bien le voloer, mais trop li falt li don.
« Diex ! car alons por lui sor la jeste Neiron ;
« Atendomes a lui nostre promission :
« Il en avra l’onor et nos l’avoir prendron.
280« Proferez lui cescuns de bone entencion ;
« Je moi profier primer davant li filz Millon
« E .xm. chevalers Angeïns et Bertons
« A l’entree d’Espaigne trosqe la finison.
« Ne vos en voil plus dir, mais les autres oiron. »
285Lor s’asist, et Rollant l’en enclina perfon.

XI[1]

Sor piez se drece dux Nayme de Baiver.
Si il fu saje ne feit a demander,
Car a ses tanz de sciance n’oit per.
Lor comença la parole a loer
2905 bQe Salamons avoit dite primer :
« Segnors », dist il, « il n’i a da penser
« A feir les ovres dunt l’anime doit salver.
« De la promisse Rollant leissons estier,
« Qe il ne demande afors qe travailer.
295« D’un tiel thesors est il confaloner,
« A lui ne faut qe despendre e doner.
« Voz le deusez a cist point bien amer,

    — 272 poir reison — 279 prendon — 283 A lentre — 285 lon enclina

  1. — 286 naym.