Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/144

Cette page a été validée par deux contributeurs.


L’ENTRÉE D’ESPAGNE

I

1 aEn honor et en bien et en gran remembrançe
Et offerant mercé, honor et celebrançe
De Celui che par nos fu feruç de la lançe
Par trer nos e nos armes de la enfernal poissançe,
5Et de son saint apostre, qi tant oit penetançe
Por feir qe cescuns fust en veraie creançe
Que Per e Filz e Spirt sunt in une sustançe
— C’est li barons saint Jaqes de qi faç ramentanze
Vos voil canter e dir por rime e por sentençe
10Tot ensi come Carles el bernage de Françe

    1 Les manuscrits 56 et 57 de la collection Gonzague, aujourd’hui perdus, avaient pour début : En onor en bien in gran reverenza (Romania, IX, 513). Dans le seul ms. que nous possédions, Marciana, gall. XXI, un réviseur a souvent modifié la leçon primitive ; le cas échéant, nous indiquons la première main par A et la seconde par B ; le sigle V désigne le texte italien en prose publié par M. Ceruti, en 1871, sous ce titre : Il Viaggio di Carlo Magno in Ispagna — 2 Du mot merce on ne voit nettement que la syllabe finale ce et le sigle abréviatif de r au-dessus de la première syllabe ; Léon Gautier a lu grace — 4 Au lieu de armes, il y avait primitivement animes — 5. Les deux premiers mots sont entièrement effacés — 8 façō lamentanze.