Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/141

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mir (pour mire médecin) 3144, sorir (sourire) 3610, etc., conquir 4575, etc., Espir (Esprit) 6200, enpir (empire) 6574, etc., braïr (braire) 7379, pir (pire) 7909, desconfir (déconfire) 7914, etc.

IRE, xxxii, ccxcix, dlxiv, dcvii. — Beaucoup d’infinitifs en -ir sont arbitrairement allongés en -ire (tollire 669, asaelire 670, contenire 671, partire 676, etc.).

IS, xxvi, lviii, lxiv, xci, cxi, cxxxiv, clx, clxxix, cxcvi, ccxxiv, ccxxxi, cclxxxv, cccxxi, cccxlv, cccxci, ccccxxxviii, cccclxxvi, ccccxcv, dix, dxii, dxx, dxlv, dxlix, dxciii, dcii, dclxxv. — Beaucoup de formes verbales en -ist perdent leur t étymologique (reqis 555, tramis 566, 2119, etc.). Cf. IZ.

ISE, ISSE et IXE, xxi, lxxxii, cxxxvii, clxxxv, cccvii, ccccviii, ccccxxxii, dlxxxi, dcxvii, dclxxx. — Quelle que soit la graphie, toutes les rimes paraissent comporter s sonore, mais ce résultat n’est acquis qu’au prix de quelques barbarismes, dont le plus violent est escrise (écrite) 452.

IST, ci, ccxiv, ccl, cccii, ccclxxvii, dxxii, dclx. — À noter minist (ministre) 2429, 7108 et des formes inchoatives comme aïst, ahist (hait) 5139, 8827, ofrist (offre) 5150, 5923 ; l’auteur introduit même dans une de ces tirades onciis 7105, 1re pers. sg. du sbj. imparf., dont la forme normale serait oceïsse.

IT, l, ccccxix, dxxiii. — Au v. 1076, disdist est une faute de scribe pour disdit ; mais trahit 9702 est un barbarisme de l’auteur pour traïtre. À noter aussi le rétablissement du t latin dans les participes endormit 12115 et norit 12124.

ITE, dcxxxvi.

IU, xxx. — À noter çiu (lis) 652 et coriu (pour coroi) 653, barbarismes suggérés à l’auteur par les formes de son dialecte propre.

IZ, ccccxxii. — Cette tirade de 18 vers est la seule où l’auteur ait fait effort pour distinguer -is de -iz ; il y a cependant admis voluntaïz 9763 et Valentiz 9764 où le z n’est pas justifié. D’autre part, il est à peine besoin de dire que les tirades en -is contiennent maintes formes où le z serait à sa place.

OGNE et OIGNE, ccxlix, cccxlvii, ccccxvi, dxc.

OI, xliv, lxxxi, cxlviii, clxxxvi, ccxxvi, ccclxxxv, dxviii, dxxxvii, dlxix. — Pour obtenir la rime, l’auteur fait litière de s (Espanoi 1813, etc., foi 1815 etc., Françoi 1822, Turcoi 12453, veroi 5368 verrez, etc.), de t (envoi 930), de l mouillé (mervoi 924, orgoi 1814, vermoi 12010, etc.) ; il remplace ai par oi