Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/110

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

5191, chouger 11471, chouzer 13542, 13608, couger 6926, cougier 11485. De même, initial ou appuyé en latin, c est représenté par g dans englume 11423, engombrer 34, etc., gardinal 13895.

Remarquons encore quelques formes curieuses à divers titres : acus 9754, asegurans 1414, aseiure 8475, estroie 4985, fabregier 3870, lugor 15033, proger 2944, recuser 8538, sagramant 30, etc.

Q initial est souvent rendu par la graphie ch, même devant e, i ; chant (lat. quando) 11875, chant (lat. quantus) 11742, chi 3, etc., chi 6927, etc. Quand le q latin est conservé, l’u disparaît fréquemment devant e, i, o : enqisiçon 265, qe 56, etc., qeil 571, qi 5, etc., qiert 666, qoi 571. L’appui roman n’empêche pas la sonorisation dans algun 11084 (mais aucun 4958, etc.) ; et d’autre part, même intervocalique, le q peut rester à l’étape g (comme il arrive dans certains dialectes français) : aigaine 11803, aige 10474, segira 2463, seguirent 1481, etc.

Initial, le g se conserve souvent devant a : gal 8059, 11044, galcanter 11250, ganbe 846, ganbieres 859, gante 3704, gaus 11631. Il faut voir là l’influence de l’italien, plutôt que celle du picard. Initial ou appuyé devant e, il passe au son chuintant, souvent indiqué soit par le groupe gi (giantils 3234, gient ou giant), 49, 190, 1119, etc.), soit par les lettres c, ç ou z (arçant 1549, arzant 187, çenulon 7049, encendraüre 2093, verçelle 62). Médial, il disparaît dans negliance 1526 ; en revanche, il est maintenu ailleurs, sous l’influence du latin ou de l’italien : agust 257, liger 11426, Maganza 15, Pagaine 6986 (cf. Pagenor 10141, Pagier 6207) Paganie 77 (mais Paianie 90), pegrece 13437, peregrins 32, plage 15382, renoges 9186.

Le renforcement en c dans pelacre 14316 est curieux ;