Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/95

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Afublé .i. mantel, a mervelles fu bele.
Tous les degrés avale, si est venue a tere
1405Et desfreme .i. guicet d’une fauce posterne,
Par u el(e) sieut issir et [les] s[oi]es pucheles,
Quant vient el mois de mai, por colir la florete.
Venue est a Elye qui se pasme sor tere,
Son cief li a lor mis par desous son brac destre,
1410Puis l’en a apelé la cortoisse puchele :
« Qui es tu, chevalier ? che li a dit la bele.
« Aimes tu Mahomet qui cest siecle governe ?
— Naie, » che dist Elies, « ne tous ciaus qui le servent,
Ains fui nés de Saint Gille de Provence la bele.
1415Fieus Julien le conte a le kenue teste :
Avant hier m’adouba, che vous di, damoisele.
Illeuques me fu dit et conté tout achertes
Paien et Sarrasin essilloient la tere.
Je les ving soz requere, sor moi torna la perte :
1420.Xi. plaies ai grans, qui durement m’apressent ;
Je n’en quic escaper que la vie ne perge.
— Amis, bien vous connois, » dist la franche puchele.
« Ces nostre gent se plaignent au matin et au vespre :
De nos millors amis nous avés fait grant perte.
1425— Dame, laissieme ester, perdus sui sans confesse,
Certes, et mout me het li rois de ceste terre :
Hier li ochis son fil Ataignant d’Oliferne ;
S’il me pooit tenir, por tout l’or d’Engleterre
Ne seroie esparngiés ne me tolist la teste.
1430— Or ne vous esmaiés, » dist la franche puchele :
« L’amiraus est mes peres, bien en quic le pès faire.
Li enfes fu mes freres, li chevalier honestes.
Or soiés aseur ja n’en avrés moleste ;
Certes je vous aim plus que nule riens en tere.
1435Venés ent avoec moi, » dist la franche pucele,
« En tel lieu vous metrai ains petitet de terme

    — 1408 Venus — 1413 tout — 1419 sor — 1429 esparengies