Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/87

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1160Si fort en feri l’autre mort l’abat a ses piés.
Et li tiers torne en fuie, en mi le bos se fiert.
Galopin fu li mieudres, se li chei as piés ;
Douchement de boin ceur li a merchi proiet :
« Merchi, » dist il, « biaus sire, por Dieu ne m’ochiés,
1165Je vous servirai certes par mout grant amistiet. »

XXXI[1]

Galopin fu li mieudres, se li vient a genos :
« Merchi, » dist il, « biaus sire, je sui mout gentieus hon :
Je vous plevi ma foi orendroit a estrous
C’onques ne me fu bel li lai dire de vous.
1170Encore ai .i. tressor en cel bois la desous,
U il a tant avoir et argent et mangons
Et aubers et vers elmes et escus poins a flors,
Boines armes et beles et auferans coi(n)tous :
Se vous me laissiés vivre, che vous donra ge tout. »
1175Quant Elies l’entent, forment le tient a prous.

XXXII[2]

Quant ore entent Elye qu’il n’est pas Sarasin
Et qu’il croit bien en Dieu qui onques ne menti,
Il l’en a apelé, belement li a dit :
« Amis, con as tu non ? garde n’i ait menti. »
1180Et cil a respondu : « Biaus sire, Galopin,
Et si sui nés d’Ardane, fieus au conte Tieri ;
Berrars si fu mes freres, li preus et li gentis.
A l’ore que fui nés ceste paine m’avint :
.Iiii. fees i ot ; quant vint al departir,
1185Li une me voloit a son eus detenir ;

  1. — 1172 point