Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/86

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Quant Elies l’entent, le sens quide derver ;
Maintenant respondi, car le ceur ot iré.

XXX[1]

(fol. 84)Elyes li vasal, qui tant fait a prissier,
Respondi as larons, qui Dieus doinst encombrier :
1135« Fil a putain, glouton, » dist Elies li fier,
« Quant je vous trovai ore chi illeuc a mangier,
Quidai que vous fuissiés sergant u chevalier,
Ou marcheant prodome et d’avoir enforcié,
Qui seussent prodome servir et aaisier.
1140Or voi que laron estes, leceor pautonier,
Si me volés tolir mon auferant destrier.
Se j’en eusse .i. autre, quite vous fust laissiés ;
Mais je sui fieus a conte, ne sai aler a piet,
Julien de Saint Gille, le nobile guerrier.
1145Seés vous or(e) tout coi, que ne s’en meve piet ;
Par le foi que je doi al glorieus del ciel,
Il n’i a cel de vous si hardi ne si fier,
S’il se dreçoit amont por mes resnes baillier,
Quant il partroit de moi, ja mès ne seroit liés :
1150Autre force i convient por mon cors justichier. »
Li mestres des larons s’en est mout coreciés.
Il tenoit en sa main .i. baston de pumier :
Ferir en vaut Elie par mi le crois del cief.
Li enfes fu mout sages, qui bien se sot gaitier :
1155Il haucha le poing destre qu’il ot gro et plenier.
Venus est au laron, .i. ruiste cop le fiert,
Le maistre os de la geule li a par mi brisiet,
Que mort l’a abatu devant lui a ses piés ;
(b)Puis a pris en son poing le baston de pumier,

    — 1132 Miniature avec cette rubrique : Ch’ est chi ensi que Elyes ochist les larons et con Galopin li pria merchi.