Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/85

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Con Elies manga, qu’il l’avoit dessiré.
Quant li maistres le voit, se li a escrié :
« Par icel saint apostle c’on quiert en Noiron pré,
(d)Por vuidier escuele ne por anap torner,
1100Millor[s] mains que les vostre[s] ne poi onques trover.
Chevalier, tu es fols, che sache[s] de verté,
Qui mangus no vitaille, si se nous en sés gré.
Mès pa le foi que doi mes compaignons porter,
N’avés mangiet morsel qui le col ait passé
1105Ne vous coust anquenuit .i. marc d’or cuit pessé.
— Sire, » che dist Elies, « merchi por l’amor Dé.
Encore est cis mangiers, s’il vous plaist, a conter ;
Certes je sui tous prest de mon escot livrer,
U je paierai tout, se vous le commandés. »
1110Et dist a l’autre mot li gentieus baceler :
« Con est ciers chi pais envers cel u fui nés !
L’autre jor fui en Franche a Paris la chité :
Por .c. saus de deniers en eusse autretel.
Or prendés de mon dos mon hermin engolé,
1115Qui bien cousta .c. mars, quant je fui adoubés,
Il n’a que .iiii. jors, par le foi que doi Dé,
Que me fist chevalier, mout l’oc en grant chierté,
Julien de Saint Gille, mes peres, li senés.
.C. saus valent les goles de deniers monaés ;
1120Et se me clamés quite, grant aumoisne ferés. »
Et dist li maistre leres : « De folie parlés.
Ne vous coutera gaires, se vous i loist parler :
Cel destrier coureor que voi la aresné,
Cel auberc de cel dos et cel branc del costé,
1125Cel hermin peliçon, cel bliaut engoulé ;
Tous nus piés et en langes, a ton col .i. grant pel,
Trestous seus en irés tout le chemin feré ;
Et se tu chou n’otroies volentiers et de gré,
Ja seras tant batu, jel te di par verté,
1130Dont li caup te vauront .i. destrier sejorné. »