Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/80

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Que l’eusse en Provenche ens el mostier Saint Gille !
Il avroit ja brisiet le nés et les orilles,
J’en osteroie l’or et les pieres plus riches,
935Sodoier[s] les donroie, ses en feroie riche[s],
Puis vous venroie seure o mout grant ost banie ;
Je ne vous laisseroie vaillant une angevine. »
Quant l’amiraus l’entent, a poi n’esrage d’ire,
Il vint a Mahomet, se li a pris a dire :
940« Gentieus dieus de boin aire, ne vous en poist il mie
Dou François orgellous qui si vous contralie ?
Tenés, la moie foi vous sera ja plevie,
J’en prendra la venganche, mès que je vienge a vile.
Paien, drechiés les forces, Mahomet vous maldie !
945Ja mora li François, n’ert consaus de sa vie. »
Quant l’entendi Elies, n’a talent qu’il en rie ;
Dameldé reclama, le fieus sainte Marie,
Qu’il garisse son cors d’afoler et d’ochire ;
Ançois que il soit vespres ne sonee complie
950Ara paor de mort, d’afoler et d’ochire.
Encor voit Malpriant devant lui a delivre,
Qui tenoit le destrier que il toli el l’ile.
Bien estoit enfrenés et la sele estoit mise,
Il le tient par le resne, .i. paien le delivre.
955(d)Quant Elies le voit, a poi n’esrage d’ire ;
Dameldé reclama, le fieus sainte Marie :
« Dameldieus, sire pere, con hui main estoi riches,
Quant je che boin destrier avoie en ma baillie !
Car le me rendés ore, dame sainte Marie.
960Certes, mieus voil morir a espee forbie
Que je ne l’aie anqui en la moie baillie. »
Par milieu de la nef a sa voie aquellie,
Il fiert si le paien, qui le tient lés l’oie,
Que la char li blecha et les os li debrisse ;
965Devant lui l’abat mort, en le nef le sovine.

    — 933 orelles