Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/79

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Onques n’en euc del vostre [vaillant] une angevine.
Donés moi les François en la moie baillie,
900Je les ferai mener en Irlande ma vile,
Ferai lor aourer Mahomet et ses i(n)deles.....
A mollier li donrai Rosamonde ma fille,
La plus bele pucele de toute paienie ;
Et si nel voillent faire, livré sont a martire. »
905Macabré l’amiral ne s’aseura mie,
Devant lui fait venir Mahomet et ses ideles.
Covert fu d’un brun paile por le caut qui l’aigrie,
Derier fu apoiés d’un arbre de Surie,
Que de devant ne versse ne de derier(e) ne plie,
910Ensi encortiné comme feme [en] gesine.
Plus de .m. Sarrasin l’aourent et aclinent ;
Macabré l’amiral l’aouroit il meismes :
Il garde devant lui, si a coisit Elye,
Qui avoit en son dos une bronge trellie ;
915Il n’ot point en son cief de hiaume de Pavie,
Sarrasin li tolirent tantost con il le prissent.
Il est passés avant, les .ii. poins li delie
Et le prist par le main, a Mahomet le guie :
(c)« Or me di, crestiens, par le toi baptestire,
920Veis mès [en ta vie] si biau dieu ne si riche ?
Il me done trestout quanque voil et desire ;
Quant je voil, il me guie el resne de Surie
U en cel de Baudas u en cel d’Aumarie. »
Quant Elies l’entent, ne peut muer n’en rie :
925« Caitis rois orgellous, li cors Dé te maldie !
Por coi tiens tu a dieu une cose falie ?
Il nen a ame el cors ne parolle ne vie ;
Quil feroit .xv. cos d’un baston lés l’oie,
Il ne l’en feroit ja ne maltalent ne ire
930Ne n’en grongeroit ja ne plus que une bisse.
Car pleust ore a Dieu, le fieus sainte Marie,

    — 898 cf. v. 937 — 901 Lacune évidente. — 925 te] de