Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/76

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ne vous fu mie faite la bo(u)che sor le nés.
Bien me samblés espie de cel autre resné,
U vous estes Guillaumes, li marcis au cor nés.
Or vous alés hui mais en cel bourc ost[el]er
810Enfressi a demain que li jor parra cler,
C’au conte Julien venrés la sus parler. »
Quant Guillaumes l’entent, le sens quide derver ;
Il hurte le destrier, qu’il vaut laiens entrer.
Li portiers saut en piés, s’a .i. baston combré,
815Ferir en vaut Guillaume, le marcis au cor nés.
Quant li quens l’a veu, l’escu li a torné,
Et li glous i feri qui fu fel et irés,
(d).I. grant piet li fendi de l’escu noelé :
« Oncle, » che dist Bertram, « vous a il adessé ?
820— Nenil, » dist il, « biaus niés, la merchi Dameldé. »
Et Bertram passe avant a loi de bacheler ;
Le poin senestre li a el cief mellé,
Enpoin le bien de lui, el fossé l’a jeté ;
L’aigue fu grant et rade, aval l’en a mené.
825Quant li fieus au portier vit son pere tuer,
Enfressi el palais ne se vaut arester :
A sa vois qu’il ot clere s’est pris a escrier.

XXVI[1]

Es le fil al portier ens el palais venu,
A sa vois qu’il ot haute s’escrie par vertu :
830« Julien de Saint Gille, mout t’est mal avenu :
Mes peres t’a servi .xiiii. ans, voire plus,
C’onques ne li donas palefroi ne boin mul :
Mout malvais gueredon l’en as [tu] hui rendu,
C’a ta porte a trové .i. glouton mescreu,
835En l’aige l’a jeté desor le pont la jus. »

    — 816 lesca