Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/74

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Quant i vint .i. paiens qui .vii. piés ot de [b]u :
« Par Mahomet, François, mout [t’]es hui maintenu,
Que par nul Sarrasin ne fus hui abatu.
745Va, si guerpi ta loi et ton Dieu mescreu,
(b)Si croi en Mahomet qui nous fait les vertus,
Qui fait issir del fust et le flor et le fruit.
— Va, glous, » che dist Elies, « tu es fols esperdus !
Mahons ne Apolin ne font joie ne bruit,
750Ne vaut .iiii. deniers fors l’argent qui est s(o)us,
Dont vous les avés tous aornés et vestus. »
Quant li paiens l’entent, ainc si dolant ne fu,
Onques puis n’i ot resne ne saciet ne tenu :
Gran cos s’en vont doner es conbles des escus,
755Toutes plaines lor lances se sont entrabatu.
Elye trait l’espee qui roi Salatré fu,
Vait ferir le paien desor son elme agu,
Enfressi qu’es espaules l’a trestout porfendu,
Puis l’a mort abatu en mi le pré herbu.
760Malpriant i sorvient, qui son ceval connut,
Il a traite l’espee, a Elie est venu,
Ja li caupast le cief senpre desor le bu,
Quant Gerart li escrie ausi près con il fu :
« Tais, paien, ne l’ochie, maleois soies tu !
765C’est li fieus Julien le hardi conneu :
Grant avoir en avras, s’en prison l’as tenu. »
Quant l’entent li paiens, ainc si joiant ne fu,
A plus de .m. paiens a il l’enfant rendu :
Se li loient les mains, que li sans en ciet jus.
770Guillaume est en la presse et Bertram avoec lui,
Elyes lor escrie ensi pris con il fu :
« Ber, laissiés le bataille puis que sui retenu ;
Mieus aim que je seus soie et pris et retenu,
Que vos autre fuissiés ne jugié ne pendu. »
775Quant Guillaumes l’entent, ainc si dolant ne fu,

    — 761 sest a elie — 767 entens