Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/73

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Les .iiiim. escus ont si mal atornés
N’en fust ja nes uns seus estors ne escapés,
Quant i vint le grant force que conduist Macabrés.
715Cil ont si nos François ferus et ramenés,
Que des .xx. chevaliers n’en sont que .x. remés,
Les .x. autres ont pris, loiés et atrapés.
Nostre François sont trait a .i. regort de mer,
Il escrient Elie : « Chevalier naturés,
720Traiés vous envers nos, si serons plus doutés. »
Et il si feist senpre, bien s’en fu apensés,
Quant i vint .i. paiens quil semont de joster.
Et quant l’entent Elies, le sens quide derver :
Mieus vauroit estre mors que coars apelés.
725Il hurte le destrier par andeus les costés
Et a brandie l’anste de l’espiel noelé,
Vait ferir le paien sor son escu bouclé,
Desor la boucle a or li a fraint et quassé,
Enpoin le par vertu, si l’a mort craventé :
730« Outre, quiver, » dist il, « Dieus te puist mal doner !
Onques li miens lignages ne pot le tien amer. »

XXIV[1]

Elies vit ses homes et pris et retenus ;
Dieus ! con or se demente desous son elme agu :
« Baron, » che dist Elies, « con mar m’avés seu !
735Se ne vous puis vengier, ainc si dolant ne fui. »
Guillaume est en la presse et Bertram avoec lui,
Et Bernart de Brubant et Hernaut li kenu ;
Il escrient Elie a la fiere vertu :
« Ber, car te trai vers nous, si serons plus cremu,
740Ja mais n’en penras mort tant con en dura uns. »
Et il si feist senpre, bien s’en est percheus,

    — 718 francoit