Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/68

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

560Que il nous a hui fait par son grant hardement.
Mort nous a Salatré et le preu Rodoan
Et Brandone et Triacle de le tere al gaiant,
Et encor .vii. des autres, de tous les mieus vaillant. »
Quant le voient paien, si saillent en tous sens,
565As armes en corurent plus de .m. et .viic.,
(fol. 80)Qui encauchent Elie par mi le desrubant ;
Mès li ber les voit bien, si esgarde et atent :
Il repaire as paiens et s’i joste sovent.
Il sist el boin destrier qui plus tost va corant
570Que ne fait arbalestre ne quarel qui destent :
Quant il vieut, s’est deriere, quant il vieut, s’est devant.

XIX[1]

Or escoutés, signor, que Dieus grant bien vous don,
Li glorieus del ciel par son saintisme non.
Chi vous lairons d’Elye, si dirons des prisons
575Qui gisoient soz l’arbre dolant et coreçous ;
De saïns et de cordes orent loiés les puins :
« Dameldeus, » dist Guillaumes, « par ton saintisme non,
Qu’avés fait del vasal qui tant est coragous,
Qu’encaucent li glouton par le pré angoisous ?
580Hé ! Dieus, con fust grant joie, se desloié fuisons !
Se l’alison secore a force et a bandon. »
A iceste parolle .i. vilain lor est sors
Et portoit se cuingnie dont ot ovré le jor.
Quant il voit les paiens detranchiés en l’erbous,
585En fuie vaut torner, car mout ot grant paour.
Et quant le voit Guillaumes, si l’a mis a raison :
« Amis, parolle a moi, bacheler, jovenes hon ;
Ja oras tel novele, s’en toi a point d’amor,
Dont tu avras au ceur et pitiet et dolor.

  1. — 575 sor