Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/63

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Les pieres et les flors contre val en avale,
Le destrier consui par de derier l’espaule,
420.Ii. moitiés en a fait, li ber ciet en la plache :
« Par mon cief, » dist Elies, « or m’as tu fait damage !
(fol. 79)Mon destrier m’as ochis, qui m’estoit guienage ;
Mout est boine t’espee ; faus es se ne le gardes !
Se le tenoie as puins, por le chité de Blaives
425Ne le rendroie mie a mon frere carnable.
— Quiver, » dist li païens, « con mar le convoitastes !
Mout est boine m’espee, si est bien a moi salve ;
Ja n’en consievrai home qui en Dieu soit creable,
Je nen en cop le cief par desor les espaules.
430— Voire, » ce dist Elies, « mais j’en rai chi .i. autre
Que mes peres me çainst, Julien a le barbe,
Qui vous sera privee, se je puis, mout en haste. »
Il l’a saciet del feure, si l’a feru sor l’iaume,
Les pieres et les flors contre val en avale.
435Li brans est trestornés desor le destre espaule,
Le brac li a tranchiet, dont se quidoit combatre,
A tout la boine espee li cai en la plache.
Quant Elies le voit, si le prent et esgarde :
« Paien, » che dist Elies, « li cors Dieu mal te fache !
440Anqui poras veoir ques Dieus est plus verables,
Mahons u Apolin u Jesu qui tout salve ;
De meismes t’espee t’ira je honte faire. »
Il le drecha amont, si l’en feri sor l’iaume,
Tout le va porfendant enfressi qu’es espaules :
445Li ber estort son cop, mort l’abat en la place.
Venus est as prissons qui gisoient soz l’arbre :
Ses peust desloier, gente cose eust faite.

    — 418 en deserre cf. v. 434 — 420 ciel] cief — 446 sor